Aller à la barre d’outils

[TEST] BioShock Infinite

bioshock_infinite_oldstyle

Attendu depuis longtemps, près de 3 ans se sont écoulé depuis l’annonce du successeur du cultissime BioShock, après un deuxième opus quelque peu décevant mais pas mauvais pour autant, Ken Levine et son équipe à l’origine de l’épisode original, BioShock 2 ayant été développé par une autre équipe, ont décidé de relever le pari fou de faire du troisième épisode, une suite indirect dans un tout autre univers, celui de Columbia, et dans faire un jeu à la hauteur du premier, alors l’attente a-t’elle été vaine ? La réponse est un grand NON !

Ramener la fille, pour rembourser la dette.

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1357652987-070

1912, vous êtes Booker Dewitt, un ancien agent de l’agence Pinkerton, criblé de dette, un jour, un homme étrange vient pour vous aidez à les rembourser, le deal ? La fille en échange de la dette ! Une barque, deux individus dans l’ombre, une pluie torrentiel, une caisse contenant une arme, un code, une photo de la « fille » et vous, près d’un mystérieux phare au large du maine. Viens le moment d’embarquer pour la cité flottante de Columbia, sous vos yeux ébahis, une ville volante au milieu des nuages apparaît, dès votre arrivée, vous entendrez parler du Prophète local, qui sait voir l’avenir de ses habitants, mais surtout qui attend la réalisation de la Prophétie ! « La progéniture du prophète montera sur le trône et déchaînera les flammes sur le monde » ! mais trêve de bla bla, lors de vos premiers pas dans cette étrange cité, vous aurez l’occasion d’admirer les habitants vaquer à leurs occupations, vendeur de hot-dog, de journaux, enfants qui joue avec une bouche à incendie, défilé, musiciens, tant d’autres citoyens criant de crédibilité, Columbia transpire de vie et de joie, mais cela ne durera qu’un temps.

Columbia, la City in the Sky !

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1350916218-051

Rapture fut la ville sous-marine, la plus glauque jamais créé. Columbia est la ville flottante, la plus mystérieuse jamais créé. Constitué d’îlots flottant se déplaçant indépendamment des un des autres,  grâce à d’énormes ballons d’air chaud, lié par des aéro-trams sortent de rails volants servant à faire circuler les marchandises dans toute la ville, mais aussi, dans notre cas, à se déplacer avec le Sky-Hook, ce dernier transforme les aéro-trams en grand huit géant, il sera très utile lors des combats pour prendre la fuite si vous vous retrouvez en mauvaise posture mais prenez garde car vos ennemis savent aussi s’en servir !  Au-delà de sa beauté artistique, Columbia bénéficie du vieillissant Unreal Engine 3.5 dans une version modifié qui malgré une optimisation comme on en a rarement vu avec ce dernier, commence vraiment à montrer ses limites mais grâce au cachet si particulier du titre qui nous fera vite oublié ces quelques faiblesses techniques, en effet la cité dans les airs, mari à la perfection style retro et steampunk, le tout sublimé par des éclairages vraiment époustouflants aussi bien en extérieur qu’en intérieur, dégageant une ambiance comme on en a rarement vu dans un jeu vidéo, de plus, la bande-son vous transportera au-delà des cieux, jamais ce dernier n’avait eu autant de sens !

La tête dans les nuages, l’arme à la main !

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1355128330-054

Vous l’aurez compris le Sky-Hook aura un grand intérêt dans les combats via de violente exécution, mais tout autant dans vos déplacements lors des combats frénétiques qui vous attendent dernière chaque nuage, heureusement cet « accessoire » ne sera pas votre seule compagnon d’arme, mitrailleuse, pistolet, fusil à pompe, sniper, lance-grenade, lance-roquette, et bien d’autres vous aideront à mettre à mal vos ennemis et dieu seul sait à quel point ces derniers vont tout faire pour vous mettre des bâtons dans les roues, mais pas d’inquiétude votre jolie tête blonde, euh brune, va mettre ses talents à vos services pour vous fournir du matériel lors de vos échauffourées avec les forces de l’ordre local, trousse de soin, caisse de munition, même de l’argent, mais surtout, probablement une des choses les plus précieuses que Columbia a à offrir, les cristaux nécessaire à l’utilisation des toniques ( les plasmides de la cité dans les cieux ). Grâce à ces derniers vous aurez des pouvoirs divers et variés tel que le pouvoir d’enflammer ses ennemis ( un classique de Rapture ), ou un , un peu plus original lâché de corbeau sur votre cible qui s’occupera de la distraire tout en lui arrachant ses yeux, parfait pour la finir à coup de Sky-Hook. Bien entendu les toniques tout comme les armes sont améliorables moyennant de la monnaie, rendez vous juste au bon distributeur et le tour est joué, meilleurs chargeurs pour les armes, toniques qui consomment moins de cristaux, et bien d’autres.

Le faux-berger viendra prendre l’agneau !

bioshock-infinite-playstation-3-ps3-1364229754-107

Très complet est le mot qui désigne la quantité d’armes et de possibilités offerte par Columbia, petit oignon sera celui qui s’attrait le mieux au gameplay ! Tout s’enchaîne très vite, lancé de flammes puis de corbeaux, un cocktails détonant qui fait partie des nombreuses combinaisons de toniques disponibles, suivi d’un coup de fusil à pompe bien placé fera perdre la tête à vos adversaires. Elizabeth peu aussi grâce à des « failles » ( je vous laisserai découvrir par vous même de quoi il en retourne ), faire apparaître des alliés précieux, une tourelle automatique ici, un abri par-là, un lance-grande par-ci, sont tant d’éléments de gameplay provenant directement de l’univers et du scénario en lui même qu’il m’est difficile de trop vous en dire pour éviter un quelconque spoil, sachez juste que rien, que se soit lors de phase plus calme et d’exploration, que pendant un lutte acharnée pour votre survie, ne vous fera pester contre une visée mal calibrée, un saut mal réceptionner, ou une intelligence artificiel trop agressive ( ou pas assez ) tout du moins en difficulté normale, commencez à retenir votre souffle en difficile et à serrer les fesses dans le mode spécial à l’ancienne, le si bien nommé « mode 1999 » qui désactive notamment l’indication du chemin disponible dans les difficultés inférieures, noté par ailleurs que contrairement aux autres opus de la série, vous ne pouvez transporter que deux armes à la fois, se qui par conséquent vous oblige à changer d’armes plus souvent et confère un dynamisme supplémentaire aux combats.

 

Note et conclusion : 19

elizabeth-bioshock

BioShock Infinite fait partie de ces jeux uniques, inimitables, irremplaçables, je dirai même CULTES ! Columbia est une cité magique, intrigante, pleine de mystère, mais cache principalement une histoire merveilleuse et unique, abordant des sujets sensibles tels que la religion, le racisme et bien sûr l’utopie, sujet central de la série, un scénario écrit d’une main de maître mettant en scène des personnages profond, intelligent, qui marqueront votre vie de joueurs à jamais, marié à une direction artistique visuel et musicale, comme on en a très rarement vu dans un jeu vidéo !

 

Les derniers articles par GTAman (tout voir)