[TEST] Silent Hill: Book of Memories

Après un épisode sur console de Salon, un peu en demi teinte, la série Silent Hill revient sur PlayStation VITA dans un épisode un peu à part, en effet Silent Hill: Book of Memories n’est pas vraiment un Silent Hill qui rentre dans le cadre des épisodes habituels mais plus un spin-off portable, alors que vaut cet épisode de la célèbre série ?

Et bien a vrai dire pas grand chose et c’est bien dommage, nous retrouvons là en jeu en vu dîtes « du dessus » typé Hack’n’slash, rompant tout lien direct avec le gameplay des épisodes originaux, le principe est ici d’avancé dans des niveaux conçu sous forme de labyrinthe, avec des croisements dirigeant vers d’autres lieux, chacun de ces croisements est en faite une salle avec ou sans issue, renfermant bien souvent des créatures horrifiques tels que des chiens ou encore des sortes de zombies, pour tuer ces derniers vous devrez ramassez les armes que vous trouverez sur votre chemin, armes à feu, couteau, planche de bois, etc.. Parfois vous trouverez dans ces salles une sorte de relique bleu qui, quand vous la détruirez déclenchera un défis du genre, tué tout les ennemis en moins d’une minute, puis quand vous aurez réussi le dit défis, vous débloquerez une relique qui vous permettra de résoudre une petite énigme à la fin du niveau pour passer au suivant, rien de bien difficile, un magasin ainsi qu’un point de sauvegarde, vous permettrons respectivement de faire des achats ou des ventes d’armes ou d’artéfacts, et de sauvegarder votre progressions. Par ailleurs parlons de ces artéfacts, lorsque vous ferez des actions en jouant vous récupérez des points d’ expériences, en cumulant ces points vous monterez en level, chaque level passé vous attribuera deux points de compétences, vous pourrez les utiliser pour augmenter vos capacités tels que la force, la vie, la dextérité, l’agilité et bien d’autres encore, les artéfacts eux servent justement a augmenter deux à trois de ces capacités, quelques une des capacités disponible, vous pourrez en cumuler un total de trois.

L’histoire est quant à elle, très insipide et passe carrément à la trappe lorsque que l’on avance dans le jeu, puisque de toute façon vous l’oublierez rapidement, pour vous résumez dans les grandes lignes, vous êtes un personnages créé par vous même, ( je reviendrai sur ce point ) qui reçoit un jour, livré par un facteur un livre mystérieux, intitulé « le livre des mémoires » contenant l’intégralité de ses souvenirs, par curiosité, elle rajouta une ligne, mais celle-ci la transporta dans un monde parallèle des plus étranges ! Venons en à la personnalisation justement, relativement simple mais assez complète pour faire le boulot, vous pour choisir entre un homme ou une femme, quel genre vestimentaire il revêtira, tel que Gothic, Premier de la classe, Beau gosse, etc… mais aussi la couleur des cheveux, des yeux, de la peau, ainsi qu’un visage prés défini.

Techniquement le jeu n’est clairement pas à la hauteur de la console avec quelques textures un peu vilaine ici et là, et un level design peu rechercher mais cela reste convenable pour ce style de jeu, forte heureusement les effets de lumière sont plutôt réussi et les personnages sont correctement modélisé. Coté sonore, les musiques optent pour la même atmosphère que celui de Silent Hill: Downpour, mais elles se font malheureusement trop discrètes. Les doublages français sont passable et peu convaincant, ainsi qu’une synchronisation labial à revoir. Le tactile est quant à lui très bien utilisé, aussi bien pour ramasser une arme, naviguer dans l’inventaire ou encore se soigner directement à partir de l’ATH. Les temps de chargement entre chaque niveau sont bien trop long, comme la durée de vie, qui en temps normale est une qualité mais ici l’ennui se fait vite sentir et il est fort probable que vous n’arriviez jamais au bout de l’aventure.

Note et conclusion : 13

Pour le premier épisode de la série sur PlayStation VITA, Konami a pris le pari risqué d’en faire un hack’n’slash qui malheureusement peine a convaincre sur le long terme, en parti à cause d’une histoire trop anecdotique et peu inspiré, mais aussi d’une réalisation en dessous des trois quarts des productions actuelles sur PlayStation VITA, heureusement le style hack’n’slash s’adapte parfaitement à la console, se qui sauve les meubles et en fait quand même un bon petit jeu, pour peu que vous en manquiez sur la dernière née de Sony.

Les derniers articles par GTAman (tout voir)

Aller à la barre d’outils